Mas Edem, Delicato rouge 2017: pour un coup d’essai, c’est un coup de maître!

via Mas Edem, Delicato rouge 2017: pour un coup d’essai, c’est un coup de maître!

Publicités

Citytrip à Lisbonne

[ 1 H Ô T E L * 1 R E S T A U * 3 V I S I T E S ]

Tout commença lors d’une soirée raclette…

Nous étions invités chez un couple d’amis, quand au  2° mojito, ma copine me dit :

« Au fait, je t’ai dit qu’on part à lisbonne dans 3 semaines ? J’ai découvert un site de vente aux enchères de voyages où tu peux trouver des bons plans sympas ! »

Inutile de vous dire qu’au 3ème mojito, nous étions tous les 4 connectés pour trouver le dit bon plan, et enchérir à notre tour pour partir ensemble.

Le site s’appelle www.loisirsencheres.com, tu choisis ton bon plan et sur le principe d’Ebay, tu fais tes enchères en te fixant un prix max à ne pas dépasser, le but du jeu étant bien évidement de partir pas cher. Et si vous ne remportez pas le sésame, pas de panique, puisque le même voyage est remis aux enchères dès que la vente se termine ce qui explique que nous avons pu réserver le même voyage que nos copains.

Au final, nous n’avons pas remporté au 1er, mais au 2ème coup :

  • les vols aller-retour au départ de Bordeaux
  • l’hébergement 2 nuits au Turim Restauradores Hotel
  • les petits déjeuners.

Budget : 160 € par personne

La minute culturelle :

img_5661

©Plumes et scoubidous – Lisbonne

 

Lisbonne est la capitale la plus occidentale d’Europe continentale. Elle est située entre la côte de l’océan Atlantique à l’ouest et la mer de paille à l’est (communiquant entre eux par un détroit) dans laquelle se jette le Tage. La ville occupe un territoire de 84,7 km2.
Le centre historique de la ville est composé de sept collines (São Jorge, Estrela, Santa Catarina, São Pedro de Alcantra, Graça, Senhora do Monte et Penha de França) dont les pentes de certaines d’entre elles sont dotées de rues trop pentues pour permettre la circulation automobile. En conséquence de ce relief accidenté, la ville compte un célèbre ascenseur, inauguré en 1902, ainsi que trois funiculaires.Lisbonne est située sur la rive droite de l’estuaire du Tage. Deux ponts relient la ville à la rive sud : le pont du 25 avril et le pont Vasco-de-Gama. source wikipédia

Petite info pas inutile :  Décalage horaire de Lisbonne : -01h00 (Par rapport à la France)

[ 1  H Ô T E L ]

L’hôtel prévu dans le séjour était le Turim Restauradores. Les critiques dans tripadvisor sont globalement bonnes. C’est un hôtel très bien placé, dans la bairro alto, à quelques minutes à pied des restaurants et des bars. Il est très propre. Les chambres sont simples. Nous avions un grand lit mais nos amis en avaient 2 petits. Peut être préciser vos souhaits lors de votre réservation. Certaines chambres donnent sur le derrière donc elles ne sont pas bruyantes, la notre donnait côté rue funiculaire. Le funiculaire c’est sympa et typique mais c’est vieux et ça couine, grince etc… bref, vous l’aurez compris, c’est bruyant. L’avantage, il ne fonctionne pas toute la nuit et comme nous rentrions tard et fatigué, ça ne nous a pas empêché de dormir. Par contre les critiques sur le petit déj, qui reviennent dans les avis sont parfaitement justifiés. La salle est trop petite, il est difficile d’y trouver une table et le petit dej est de qualité très moyenne. Fuyez le café et le jus de fruits  ! Mais bon, ça ne nous a pas empêché de nous restaurer et de partir le matin le ventre plein. C’est basique, mais ça reste mangeable. Nous n’avons pas tester le restaurant. Le bar est calme et sympa le soir pour boire un cocktail avant de partir en vadrouille.

img_5682

©plumes et scoubidous – Lisbonne

 

Bilan hôtel : simple, propre, suffisant pour un weekend bon plan pas cher. Clients exigeants et adeptes du luxe s’abstenir. Moi qui suis une poule de luxe, je l’ai trouvé correct et adapté pour un citytrip avec les copains.

[ 1 R E S T A U ]

Nous avons cherché un restau typique où manger de la morue. Nous sommes tombés par hasard sur le Cocheira Alentejana. C’est un restaurant tout simple où nous avons été très bien accueilli. Il y avait beaucoup de locaux. Le service était très simple et souriant et nous avons pu bénéficier de nombreux conseil de la serveuse super attentive. Comme pour l’hôtel, adepte du luxe s’abstenir, nous sommes dans la cuisine rustique, typique et familiale (porc au coquillage, morue, etc…). Pour commencer , n’hésitez pas à goûter leur magnifique caipirinha. Ensuite comme dans tous les restau portugais, ils apporteront sur vos tables un assortiment de spécialités à goûter, là, à vous de choisir, vous ne payez que ce que vous gouter. Nous nous sommes laisser tenter par de la charcuterie (excellente) et par un fromage à tomber par terre qui se mange à la petite cuillère : le queijo de azeitao (d’ailleurs on en a ramené et tout le monde a adoré à la maison)

Nous avons également mangé bien évidemment de la morue. Panée pour certain, grillé pour les autres. Malgré la réticence de la copine à manger de la morue (gros a priori d’un souvenir de brandade de la cantoche scolaire…) Nous nous sommes tous régalés, le poisson était parfaitement cuit et assaisonné. Pour le dessert nous avons commandé des spécialités portugaises, mais là bof… on n’a pas été séduit. …du tout, du tout…

Bilan restau : très bonne soirée en toute simplicité. Par contre nous sommes arrivés tôt donc c’était parfait car quand nous sommes partis, le restaurant était complet et c’était la cohue.

Budget : 55 € pour 2 (apéro, entrée, plat, dessert et 1 bouteille de vin pour 4)

Nous avons fini la soirée au Hard Rock café  où nous nous sommes éclatés !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[ 3 V I S I T E S ]

Lisbonne comme toute capitale qui se respecte se découvre à pied.

Ça, c’est dans l’absolu car Lisbonne, c’est grand ! Nous avons décidé, carte en main et compas dans l’œil, d’aller voir la très connue Tour de Belém.

Nous avions bien remarqué qu’il y avait l’air d’avoir une certaine distance à parcourir à pied, nous étions hyper motivés par cette balade vivifiante et matinale, sauf qu’en fait on s’est tapé 8 kms à pied pour y arriver ! Si vous n’êtes pas sportif, soyez moins couillons que nous, prenez le Yellow Bus  !

Notre effort ne fût cependant pas inutile. La balade (passée les 4 premiers km ) au bord des quais est sympa. Nous sommes passés sous le pont du 25 avril qui ressemble à celui de San Francisco avec vue sur le Christ rédempteur (copie de celui de Rio de janeiro). On arrive plus loin au Padrão dos Descobrimentos, monument érigé à la mémoire des navigateurs portugais des XVe et XVIe siècles et du prince Henri le Navigateur  et qui fait face au sublime Monastère des Hiéronymites.

Dans le quartier de Belem, impossible de ne pas faire un petit détour par la meilleur pâtisserie de Lisbonne PASTEIS DE BELEM qui confectionne les fameuses gourmandises du même nom. Les pasteis se consomme tiède et craquant, saupoudrés de sucre glace et de cannelle. C’est une pure tuerie !!!! Ne vous laissez pas effrayer par la queue sur le trottoir car ça avance relativement vite. Nous avons fait le plein pour notre quatre heures et nous en avons ramené en France pour la famille. Ils se conservent très bien (48-72h) mais je vous conseille de les faire réchauffer rapidement au four sur grill pour leur redonner leur craquant.

Vue la distance parcourue à l’aller, nous avons opté pour notre retour pour un moyen de locomotion assez sympa : le tuc tuc !

img_5618

Juste devant la pâtisserie, il y en a toujours qui attendent. Nous avons négocié avec notre chauffeur un tour de Lisbonne d’environ 2 heures. Il nous a amené à la découverte de tous les quartiers et monuments importants en prenant soin de nous arrêter pour faire des photos des plus beaux points de vue de la ville. Il nous a également arrêté devant les cathédrales et églises valant le coup d’œil et nous laissait un moment pour visiter rapidement. Tout le long de notre parcours, il nous a commenté et raconté l’histoire de Lisbonne. Bref un très bon plan pour nous qui en avions ras les baskets de marcher. Nous n’aurions pas découvert et appris autant de choses par nous même.

Budget 60 € pour 4 et retour au pied de notre hôtel !

Bilan : weekend très sympa dans une ville très vivante. Notre citytrip avec loisirs enchères est donc une bonne expérience et nous renouvellerons très certainement l’expérience pour des weekend entre copains. Pour un weekend romantique, l’hôtel est trop juste à mon goût de princesse 🙂

 

Vaiana, le Disney de l’année !

 

Tous les ans, pour patienter jusqu’à Noël, nous avons notre petite journée familiale traditionnelle . Cinoche au magnifique cinéma Le Français à Bordeaux, suivit d’une belle balade pour admirer Bordeaux dans son habit de fête et pour finir un petit restau en centre ville.

Cette année, j’y ai pris encore plus de plaisir car autant certains dessins animées m’ennuient (le voyage d’Arlo fut un supplice), autant j’ai adoré Vaiana.

Tout d’abord voici le pitch officiel du film : Vaiana, la légende du bout du monde raconte la passionnante aventure d’une jeune fille téméraire qui se lance dans un voyage audacieux pour accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple. Au cours de sa traversée du vaste océan, Vaiana va rencontrer Maui, un demi-dieu. Ensemble, ils vont accomplir un voyage épique riche d’action, de rencontres et d’épreuves…

Pourquoi, j’ai adoré Vaiana ? C’est surement mon côté exploratrice qui fait ça ! Enfin une héroïne qui n’est pas cucul la praline pour un sous. Vaiana est fière, déterminée et est dotée d’un côté aventurière et casse cou que j’adore. C’est vrai que Disney a fait beaucoup de progrès ces derniers temps pour rendre ces héroïnes plus indépendantes et pas entièrement dépendantes de leur amour pour un beau prince au brushing impeccable (Pour mémoire Elsa est la reine des Célib). Bref pas d’histoire d’amour dans ce Disney, juste une histoire de quête aux accents écologiques. Ce qui m’a le plus bluffé est la qualité incroyable des images. Inspirée de la mythologie polynésienne, l’héroïne évolue dans un décor tout simplement stupéfiant : profondeur des prises de vue, rendu de l’eau des lagons, texture des cheveux des personnages (digne des plus grandes pub pour shampoing) ou la faune et la flore sont tout simplement uniques.

Certains pourront dire que le scénario est basique et le final sans surprise, ce qui n’est pas faux, mais je trouve le personne de cette exploratrice attachant. Maui, le demi dieu macho au possible laisse la place belle à l’héroïne et apporte une touche masculine très caricaturale. Bien sur on retrouve également la petite bebête rigolote, Heihei, le coq débile qui se retrouve embarqué dans l’aventure sans vraiment sans rendre compte.

On retrouve donc tout ce qui fait l’essence de Disney : de la magie, de l’émotion, du rire et des chansons dont la complètement addictive Bleu lumière interprétée par Cerise Calixte. Courrez- y !

 

Le Calendrier de l’avent Harry Potter : une boite aux lettres pour attendre Noël à Poudlard !

Super idée : le calendrier de l’avant Harry Potter by les p’tea potes !!!

calendrier-avent-noel-decembre-enveloppe-lettre-boite-box-harry-potter-theme-hibou-chouette-magie-pteapotes-1

Voilà plusieurs années que j’espère dans le fond de mon coeur, tapis dans l’ombre, qu’un de mes enfants aura un peu de goût et appréciera les histoires d’Harry Potter et de son monde de magie.

Mon voeu a été exaucé et nous comptons donc sous notre toit des moldus qui commencent à rêver d’école des sorciers et autres Patronus.

calendrier-avent-noel-decembre-enveloppe-lettre-boite-box-harry-potter-theme-hibou-chouette-magie-pteapotes-11

Cette année j’ai donc décidé de préparer mon calendrier de l’avent sur le thème Harry Potter.

La décoration étant dans une ambiance de forêts, grimoires, animaux fantastiques et magie : je trouve que pour Noël, ça le fait (ça peut faire aussi Halloween si on veut ;-)).

Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est qu’il est facile de rassembler des petites choses autour d’un thème sans avoir à dépenser dans des trucs tout fait ou à acheter exprès. Alors on a fouillé dans la maison à la recherche de petits détails…

Voir l’article original 854 mots de plus

Le jour où j’ai testé un hôpital local au Cambodge

Voilà un petit article sympatoche pour tous les voyageurs en herbes ! L’autre côté du miroir ou quand ton voyage se barre en cacahuètes ! En bref soyez vigilants avec les assurances et faites confiance avec parcimonie à votre banquier 🙂

L'Apprentie Voyageuse

Alors voilà, j’ai longtemps hésité à mettre cette histoire par écrit. Parce que lorsqu’on pense « Voyage », on a plutôt des images euphorisantes et de beaux souvenirs en tête.

Sauf que parfois, c’est pas toujours le merveilleux pays des bisounours et il arrive qu’une couille nous tombe sur la gueule (à prendre au sens figuré).

Et moi j’en ai pris une, et une belle.

Donc un an et demi après cette mésaventure, je ressens aujourd’hui l’envie de la partager. Parce qu’après tout, c’est une expérience que j’ai vécue en voyage, la seule différence c’est qu’en aucun cas je ne vous souhaite ce qui m’est arrivé !

 Récit très personnel et parfois un peu scato, je préfère vous prévenir.

Et là, c’est le drame …

Pour remettre le contexte en place, j’avais pris pour mes 30 ans un petit congés sans soldes de 5 mois.

Après avoir vadrouillé au Népal et en Thaïlande…

Voir l’article original 2 401 mots de plus

La crète : Out of the blue

IMG_2186.JPG

Je vais vous dévoiler un de mes petits secrets : le Dad et moi avons la chance de travailler ensemble ! whouaaaa le scoop … Chaque année, le groupement professionnel auquel nous adhérons avec notre société part en convention, et, généralement, c’est à l’étranger. Cette année, direction la Crète, ou nous avons allié workshop, réunion, échange, amitié, rigolage et…un peu de tourisme 🙂

Plutôt que de partir de Paris avec nos 250 petits copains, nous avons eu la brillante idée de choisir de partir 48 heures avant tout le monde, en privilégiant un vol direct de Bordeaux. Nous sommes partis avec la compagnie Aegean, une compagnie grecque qui dessert en vol direct les destinations d’Athènes et d’Héraklion. Le vol dure entre 3h15 et 3h40 et il faut compter un budget en cette saison (fin juin 2016) environ 740 € pour 2.

Une fois sur place nous avons pris un taxi d’Héraklion à Agia pelagia (environ 40 € pour 4 personnes), où se trouve le magnifique ressort qui nous accueillait durant toute la durée de la convention.

Out of the blue

Situé sur une péninsule privée et offrant une vue spectaculaire sur la mer Égée, l’Out of the Blue, Capsis Elite Resort est un splendide complexe 5 étoiles. Etendu sur 18 hectares, l’hôtel est immense, il est composé de plusieurs complexes, de 6 restaurants, salles de sport, spa, piscines et plage privée.  Niché au milieu d’un jardin botanique luxuriant et vaste, la station écologique Capsis cultive ses propres fruits biologiques, des herbes, des légumes et des fleurs qui couvrent une grande partie des besoins de la station. Il dispose d’un total de 465 bungalows, suites, duplex et villas. Nous n’avons pas fait le tour du complexe tellement il est grand et le temps nous manquait. Mais c’est vraiment le lieux idéal, tant pour organiser des conventions professionnelles que pour passer des vacances en amoureux ou en famille. Tout est fait pour que l’on ne s’ennuie jamais !

Concernant les restaurants, nous avons bien mangé partout. De toute façon la cuisine crétoise est simple mais délicieuse. l’île cultive et consomme beaucoup de légumes. Tomates, haricots verts, aubergines, oignons, pommes de terre, choux, artichauts, courgettes…beaucoup de plats avec des fève mais aussi lupins, lentilles, pois chiches . vous allez faire le plein de légumes frais. Les produits sont en règle général très frais. Nous nous sommes régalés de salade en tout genre, de fromage dont la très célèbre féta, mais aussi le kephalotyri (sec et salé), la graviera (sorte de gruyère) et surtout lamizithra (à partir du lait de brebis, qui sert de base à de nombreuses préparations). Le restaurant que nous avons préféré sur le complexe est le Seasalt. L’ambiance décontractée de ce restaurant traditionnel grec, qui surplombe le village de pêcheurs d’Agia Pelagia, est idéal pour le déjeuner et le dîner. Situé sur le front de mer, il se trouve au milieu des pins, des oliviers et des buissons de romarin qui créent une atmosphère pittoresque idéal pour découvrir la cuisine crétoise et grecque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

#JOUR 1

Comme je vous l’ai dit, avant de commencer notre convention, nous avions 48 heures pour faire un maximum de chose et essayer de découvrir un peu de la Crète. Nous avons donc décider de louer une voiture et de partir à l’aventure. J’avais regardé les tarifs avant de partir sur internet et j’ai eu la très bonne idée de ne pas réserver et de me débrouiller sur place. Il y a un petit loueur juste à l’entrée de l’hôtel et nous avons donc pris une voiture que nous avons payé 40 € par jour. Pas de caution, pas de blablas, en 10 minutes l’affaire était plié et nous partions à la découverte de l’île. Pour les froussards de la route, rassurez vous, les crétois conduisent assez bien, les routes sont bonnes et les directions sont bien indiquées. Ils ont une habitude assez étrange mais super pratique qui consiste à systématiquement laisser la place à la voiture qui souhaite doubler en se déportant sur la bande d’arrêt d’urgence. Ça c’est chouette !!! On ne peste jamais derrière les voitures à poireauter parce qu’un boulet n’avance pas. Et de toute façon, si vous bougez pas, vous aller gentiment vous faire klaxonner ! Alors dégage, je passe !

CreteBlogEvasion ps.gif

Cnossos ♥♥♥

 

Direction Héraklion pour la visite du palais Minoén de Cnossos

Cnossos ou Knossos (en grec ancien Κνωσός / Knôsós) est un site archéologique crétois de l’Âge du bronze en Europe, situé à 5 km au sud-est d’Héraklion à l’Ouest du fleuve Kairatos. C’est le plus important des palais minoens et le plus connu des sites crétois depuis sa découverte en 1878. Associé à la légende du palais du roi Minos, le site, occupé depuis 7000 av. J.-C., fut la capitale de la Crète lors de la période minoenne. (source wikipedia)

Le tarif de la visite libre est de 15 € (pour 1 € de plus vous aurez l’entrée du musée archéologique qui se trouve dans le centre d’Héraklion). Pour 10 € de plus par personne, vous pourrez vous offrir un guide francophone qui vous dira tout ce qu’il y a à savoir sur l’histoire du temple. Seule condition : avoir un groupe de minimum 6 personnes. Malheureusement nous n’étions que tous les 2 et n’avions pas envie d’attendre 3 plombes que d’autres français se manifestent, donc nous n’avons pas pris cette option. Mais c’est dommage, je l’ai regretté. Les panneaux explicatifs sont inexistants et je suis restée sur ma faim : c’est bien beau de mettre des panneaux disant ici vous aviez la salle du trône mais c’est bien d’avoir des explications historiques où quelques anecdotes. j’ai l’impression d’être passé complètement à côté de ma visite. Alors si j’ai un conseil c’est « suivez le guide ».

INFORMATIONS :

  • Vous pourrez vous garer quelques mètres après l’entrée du site, les places sont gratuites.
  • comptez 1h30 de visite minimum.
  • Prévoyez une casquette ou un chapeau (c’est plus classe), de l’eau et de la crème solaire. ça cogne !!!
  • Ouvert tous les jours de Mai à Octobre de 8hà 19h30
  • Ouvert tous les jours de Novembre à Avril de 8hà 17h)
  • Fermé le lundi matin en hiver
  • Tarif : 15€ l’entrée (16€ avec l’accès au musée à Héraklion)
  • Prix guide : 10€/pers pour un groupe de 6 personnes minimum

AGIO NIKOLAOS – ELOUNDA ♥♥♥♥

Après la visite matinale de Knossos, nous avons pris la direction de Agios Nikolaos dans l’est de l’île (environ 1 H de route par l’autoroute).

agios nikolaos

Le guide du routard dit : La ville d’Agios Nikolaos, dans la baie de Mirabello, est une charmante petite ville très touristique. Elle possède un port qui compte parmi les plus ravissants du pays. Etablie sur plusieurs collines, la ville entoure un tout petit lac protégé par une paroi rocheuse et relié au port par un canal. Autour, on trouve une flopée de restaurants et de bars. Agios Nikolaos ne vous étonnera pas par son calme et sa tranquillité, c’est vraiment hyper touristique

Nous avons eu un coup de cœur pour ce petit port. c’est vraiment joli. Nous avons eu la chance de tomber par hasard sur un restaurant hyper sympa Le Patriko ♥♥♥♥. Non seulement nous y avons très bien mangé, pour un prix extrêmement abordable, mais ce fût notre premier vrai contact crétois. Après un accueil assez réservé, nous avons vraiment pu découvrir la gentillesse et l’hospitalité de nos hôtes avec qui nous avons beaucoup rit malgré la barrière de la langue. N’hésitez pas à commander leur salade grecque et la salade chypriote au fromage grillé : une vrai tuerie.  nous avons également mangé un calamar grillé succulent. Les salades sont très copieuses (on y mange à 2) et les produits sont très frais et vraiment goûteux. J’ai redécouvert les tomates et les concombres en Crète ! En bref c’est un restaurant très simple mais vraiment authentique avec une superbe vue sur la baie.

IMG_2223

Restaurant le Patriko    – agios Nikolaos

Après notre repas et une visite à pied du petit port et de son « lac », nous sommes repartis par la vieille route « old road » direction Elounda. C’est également une petite ville balnéaire très sympa d’ou vous pouvez prendre le bateau pour des excursions en direction de Santorin, spinalonga…nous avons fait du tourisme en voiture en s’arrêtant au grès de nos envies lorsque nous voulions faire des photos, boire un coup, ou lorsque nous découvrions sur le bord de la route une petite boutique qui nous plaisait. Bref, en mode touriste tranquille. Finalement nous sommes rentrés à Agia Pelagia par la vieille route de montagne. Dépaysement assuré et des points de vue magnifiques.

#JOUR 2

Autre jour – autre paysage.

A bord de notre superbe carrosse, nous avons pris la route en direction de Matala à environ 1h40 d’Héraklion (suivre agia Varvara puis Moires et enfin Matala).

ELLI’S FARM ♥♥♥

Je voulais ramener de l’huile d’olive et j’avais dit à SuperDad : « quand tu vois un truc d’huile, tu t’arrêtes !!! » Comme il est gentil et qu’il fait toujours ce que je lui demande     (je ferais peut être un jour un article sur « comment dresser aux doigts et à l’œil son SuperDad perso »)… bref…il a eu le super reflex de s’arrêter à une cabane de bord de route à Agia Varvara. Et là…Bim…rencontre avec la famille Kamnaki-Titakis. Encore un chouette moment d’échange en frangreclais dialecte mêlant le français, l’anglais et le grec (je ferais également d’ailleurs peut être un jour un petit guide de tous les dialectes que j’ai maîtrisé dans le monde entier). Bref (bis)…encore un petit moment de partage et de rigolade comme je les aime. La famille issue d’une longue lignée d’agriculteur produit son huile d’olive qui a été médaille de bronze aux Awards machin chose de l’huile d’olive à Londres (et comme je ne suis pas nunuche je suis allée vérifier sur le site officiel : http://www.aristionawards.co.uk/el/apotelesmata-vravia/)

Ils produisent  donc leur huile qui est délicieuse : pour la dégustation, vous aurez droit à votre petit verre d’huile, ne soyez pas surpris, et en plus vous ne pouvez pas refuser… allez cul sec mec !!! mais ils ont d’autres trésors en réserve : miel délicieux (là c’est dégustation à la copieuse cuillère)  fruits, légumes, savon et crème, un succulent sirop de raisin aux multiples vertus que je n’ai pas toutes comprises malgré ma maîtrise du dialecte pré-cité… Vous l’aurez compris, après de nombreuses dégustations, de l’huile en passant par le pinard  (ouais en Crète on l’appellera comme ça) et pleins d’autres bonnes choses (hormis le pinard) nous avons rempli le coffre, et au final nos valises.

Elli’s Farm – Agia varvara

Après cette halte, nous sommes repartis direction Moires puis Matala.  Le paysage se transforme au gré des kilomètres, de plaines aux montagnes, en passant par de charmants petits villages, la route est vraiment magnifique et vaut le coup d’œil.

MATALA ♥♥♥ 

Matala est situé à 70 km d’Héraklion et 4 km de Pitsidia. Le petit village de pêcheurs est connu pour ses grottes aménagées et ses cavités creusées à la main à même la falaise. A l’époque du « Flower Power », nombreux furent les hippies qui y firent halte. Bob Dylan et Cat Stevens en étaient. D’ailleurs l’ambiance hippie est toujours bien présente mais uniquement pour les touristes. Matala offre un paysage magnifique et sauvage  mais la plage et les aménagements ne sont dédiés qu’aux touristes : ce ne sont que des restos et des boutiques. Le jour où nous y étions, la mer était très dangereuse, nous ne nous sommes pas baignés. Pour les plus courageux n’hésitez pas à suivre les flèches indiquant Red beach, une superbe balade sportive dans les reliefs qui vous amène à une jolie plage quasiment déserte (vu la balade vous comprendrez pourquoi !).

En conclusion, ce n’est pas le coin le plus typique, mais la beauté des paysages a réussi à nous faire oublier le côté sur-touristiques du très petit village. Et puis avouons que nous nous sommes laissés prendre au jeu du côté happy hippie.

tumblr_mhbbjnj2X11qc4uvwo1_500

 

#JOUR 3

sur le bord de la plage municipal de Agia pelagia, vous pouvez trouver des petits loueurs de bateau sans permis. Comptez 150 € les 3 heures. Nous en avons loué un avec un couple d’amis et sommes partis en longeant la côte en direction d’héraklion. Les 3 heures ont été largement suffisantes pour faire la balade et pour nous poser dans un endroit propice à la baignade.

# MIAM ET BLABLAS

Et après, on a bossé ! fini le tourisme  !!! Mais on a pu profiter de l’hôtel et de toutes ses activités.  Comme je suis sympa, je vous ai quand même concocté un petit pense-bête bouffe/vocabulaire qui pourra vous être utile :

REPAS : Le déjeuner commence à 14:00-15:00 et est suivi d’une petite sièste, surtout pendant les étés chauds. Le dîner est généralement pris vers 21:00-22:00.

Hors d’oeuvres : Dolmadakia: feuilles de vigne farcies au riz, servis chauds ou froids -Achinosalata: « salade » d’oursins – Saganaki : feta (fromage) cuit au four (un pur délice) – Skordalia: purée à l’ail – Taramosalata: crème à base d’œufs de poisson – Tzatziki: yaourt à l’ail et au concombre râpé – Ochtapodia: poulpe au vinaigre -Batsaria: betteraves rouges – Gigantes : grands haricots secs blancs – Fava: purée de pois cassés

Plats d’accompagnement :  Chorta: herbes sauvages (généralement) servies avec de l’huile d’olive et du citron – les inoubliables salades grecques dont la salata koriatiki :salade de tomates, oignons, concombres et fromage blanc sec- Patates : pommes de terre frites

Viandes : Viande grillée de toute sorte, généralement servie avec des frites – Ragoût d’agneau – Ragoût de chèvre – boulettes et de délicieuses petites brochettes marinées

Poisson : Le poisson frais est cher parce que la Méditerranée a été appauvrie par la pêche intensive. Vous trouverez entre autres poulpes, calamars, bars, dorades, rougets… bref tout pour vous régaler !

Plats de légumes : Giemista or Giemistes: tomates, aubergines et poivrons farcis au riz -Briam: mélange de légumes (similaire à la ratatouille) cuit au four -Soupes de légumes souvent faites à partir d’ un bouillon de viande – sans oublier bien évidemment la moussaka. Tous les légumes sont généralement très gouteux et frais.

Le café : Le «café grec» est un terme générique. Lorsque vous en commandez un vous utilisez un qualificatif indiquant la quantité de sucre que vous souhaitez: «sketo» signifie sans sucre, «metrio»  moyennement sucré et «glyco» (très) sucré.

Alcool : On appelle la «boisson forte» locale «raki» ou «tsikoudia» (ou «tsipouro» dans la Grèce continentale). Celui-ci est distillé à partir du marc de raisin. Donc en fait c’est la même chose que le grappa italien. On le sert partout, comme une boisson de bienvenue ou pour clore un repas (c’est un excellent digestif). Bon pour tout vous dire, je pense également que cela peut servir de carburant à mobylette mais cela n’engage que moi !

Vin : Heu…je suis de Bordeaux, curieuse, mais bon faut pas pousser !!! peut être que le fait que vin rouge se disent aspro Krasi à un lien direct avec un célèbre médicament pour le mal de tête …

Et voici un petit lexique trouvé sur le site voyageencrète.com que je vous recommande :

oui
non ochi
bonjour kalimera
bonsoir kalispera
bonne nuit kalinikhta
salut yassou
au revoir athîo
s’il vous plaît parakalo
merci efkharisto
pardon signomi
Je suis français / française. Imé ghalos / ghalida.
parlez-vous français ? Milatè ghalika ?
Je ne comprends pas le grec. Then katalavéno ta hellinika

Pour aller plus loin :

Je m’appelle… Mé léné…
Comment vas-tu ? Ti Kanis ?
Comment allez-vous ? Ti kanété ?
Bien. kala
Combien ça coûte ? Posso kani ?
Une bière s’il vous plaît. Mia bira parakalo.
L’addition s’il vous plaît. To logariasmo parakalo.
vin rouge kokino krasi
vin blanc aspro krasi
Où se trouve ? Pou inè ?
droite dhéksia
gauche aristera
tout droit efthia
Une chambre s’il vous plaît Ena dhomatio
Quelle heure est-il ? Ti ora inè ?

Maintenant, je vous souhaite un très bon séjour en Crète et n’hésitez pas à partager sur le blog vos trucs,astuces et bonnes adresses !

ATHIO LES AMIS

Rappel des légendes Plumes et scoubidous
: nul – si c’est payant, garde tes thunes !
♥♥ : casse pas trois pattes à un canard …
♥♥♥ : bien
♥♥♥♥ : super chouette
♥♥♥♥♥ : super méga grand kiff – coup de cœur de la plumes et scoubidous family

Tiramisu rapide à l’abricot pour les nuls !

tiramisu à l'abricot plumes et scoubidous

Tiramisu à l’abricot ©plumes et scoubidous

Voici ma petite recette fraîcheur de l’été !

Ultra rapide et super facile : l’idéal pour une cuisinière hors pair comme moi.

Alors il te faut pour 5 très grosses verrines :

  • 1 grosse boite d’abricot au sirop (ou de pêche et ça te fait un tiramisu à la pêche, ou des fraises et ça te fait un tiramisu à la fraise etc… je vais pas tous te les faire t’as compris le principe !)
  • 1 pot de 250 g de mascarpone
  • 1 bombe de chantilly toute prête (on a bien dit rapide et pour les nuls hein ?…)
  • de la cassonnade (un peu) quand on est nul en cuisine l’approximation est autorisée.
  • 1 sachet de sucre vanillé (pas obligatoire mais c’est bon)
  • des biscuit à la cuillère (tu vois les boudoirs ? ben c’est pas tout à fait pareil)

Ma recette :

  • tu coupes tes fruits en morceaux ou en lanières (fais toi plaisir, c’est toi qui choisis)
  • tu réserves le jus qu’il y a dans la boite et tu le mets dans une assiette creuse
  • tu mélanges doucement avec une cuillère le mascarpone avec la chantilly, il faut procéder en plusieurs fois. Le secret du mascarpone c’est de ne jamais le battre mais de le mélanger délicatement pour qu’il ne ramollisse pas trop. C’est la que tu trempes ton doigt et que tu décide de rajouter un peu de cassonade et le sachet de sucre vanillé.
  • tu trempes les gâteaux dans le jus de fruits et tu les laisses imbiber pas trop longtemps mais suffisamment – démerde toi avec ça 🙂
  • et tu alternes tes couches – abricot – crème – gâteaux- abricot-gâteaux-crème (relis cette étape pour pas te tromper)
  • tu peux décorer avec des oreillons d’abricot coupés en fines tranches, une feuille de menthe ou si tu aimes le kitsch tu peux mettre un parasol !
  • mettre au frigo et servir bien frais

voilà une recette qui a toujours beaucoup de succès en été : alors comme disent les grands cuisiniers dans les émissions de TF1, la 6 et consorts…Bonne dégustation !

 

 

 

Les indispensables à mettre dans ma valise cet été #2016

Et oui, le mois de juin est déjà là, et, l’été arrive ! Oui, je sais, vu le temps en ce moment, on ne dirait pas… Mais on espère que cet article donnera envie au soleil de revenir !

Justement, aujourd’hui, je reviens pour vous présenter mes petits INDISPENSABLES à avoir impérativement pour vos vacances d’été ! Alors c’est parti : let’s go !

☼  On met quoi dans la valise cet été ?  ☼

 

  • Premièrement : il est INTERDIT de partir sans son nécessaire à bronzage ! Vous aurez besoin :

– d’un gommage et d’une crème hydratante, pour avoir un jolie bronzage uniforme et qui tient longtemps.DSC_0262.JPG

-une crème solaire avec un indice élevé pour commencer en douceur (exemple 50), et, une autre avec un indice plus faible pour passer aux choses séreuses !DSC_0268.JPG

-si vous souhaitez un après-soleil, je vous conseille de le choisir à  l’aloe vera, plante aux multiples vertus tant médicinales que cosmétiques :

  • Il permet notamment de guérir les blessures légères : brûlures, abrasions (écorchures dues à un frottement répété, d’un vêtement par exemple) et plaies.
  • Il favorise la cicatrisation de ces mêmes plaies.
  • Il soulage les coups de soleil.
  • Il permet de combattre certaines maladies de peau : eczéma, acné.
  • Il stimule la production de collagène, permettant de lutter contre le vieillissement de l’épiderme.

L’Aloe vera est également excellent pour les cheveux.

Pensez également à la Biafine indispensable en cas de coup de soleil.DSC_0269.JPG

  • On n’oublie pas son livre du moment, il faut bien s’occuper pendant la bronzette !DSC_0257.JPG

 

  • Et les cheveux alors ? Eux aussi méritent qu’on s’occupe d’eux ! Personnellement j’opte pour la gamme à l’huile de monoï et néroli de Garnier ultra doux : le shampoing et l’huile à appliquer n’importe quand. Ils protègent mes cheveux du soleil, du sel, du chlore et enlève le sable, tout en les nourrissant et ils laissent une odeur divine !                                                       DSC_0263.JPG

 

  • Vous en avez marre de traîner la même serviette de plage depuis des années ? Alors le changement c’est maintenant ! Quitte à changer, autant prendre quelque chose de jolie et d’original. La nouvelle tendance est aux serviettes de plage rondes ! Vous pourrez en trouver un peu partout sur le net, à des prix très abordables, ou plus cher si vous cherchez vraiment de la qualité. Monpetitbikini.com,  AliExpress, Etsy

serviette-de-plage-ronde-bon-plan-france.jpg

 

  • Et dans la trousse à maquillage ? On évite les produits pour le teint, on laisse la peau respirer ! Vous avez déjà la peau magnifiquement bronzée alors à quoi bon la tartiner? On opte juste pour un embéllisseur de teint pour les soirées. Pensez au mascara waterproof, la base. Si vous avez des sourcils rebelles, le gel à sourcils est bien pratique. (PETITE ASTUCE : pas envie de dépenser des sommes astronomique là-dedans ? on achète juste un pot de gel à cheveux pas cher, on en met UN PEU sur un doigt et on l’applique sur le sourcil ! Et pour ne  pas à avoir à se trimbaler le gros pot, on en met un peu dans un petit récipient). Pensez à prendre un baume à lèvres pour les hydrater… et deux rouges à lèvres : une couleur discrète pour la journée et une plus pétante pour les soirées, avec une petite palette de fard lumineux pour mettre en valeur le bronzage !                                 DSC_0274.JPG

 

 

  • Le parfum ? Une senteur légère pour la journée, et une plus prononcée pour les soirées !DSC_0278.JPG

 

On est déjà bien parée avec tout ça ! Bien sûr, on rajoute des paires de sandales, jupes, shorts et débardeurs canons, son maillot et c’est parti !

Je vous souhaite à tous de bonnes vacances !

                                                              ♫☼ Arrivederci ! ☼♫

Un jour j’irai à NEW YORK avec toi !

200
Hello Everybody !
voici un article qui pourra vous aider dans l’organisation de votre trip New-yorkais.
J’ai grandi au son du groupe Téléphone que mon grand frère et ma grande sœur écoutaient en boucle (génération 80 quand tu nous tiens), donc après avoir chanté à tue tête « un jour, j’irai à New York avec toi… » pendant tant d’années, c’était comme inscrit dans mon patrimoine voyagistique.
New York, c’est la destination mythique ! J’ai été fan de Friends, Sex and the city, Empire state of mind. J’ai rêvé de faire du shopping sur la 5° avenue, de monter en haut de l’empire State, de voir la statue de la liberté et de me recueillir au mémorial du 11 Septembre… donc j’ai commandé le guide du routard et en avant !
Déjà la grande question : qui va partir ?
Après mûre réflexion, nous avons décidé de partir avec nos 2 grandes et de laisser MiniNous chez papou et mamou. Même si je suis sûre qu’elle nous détestera pour ça quand elle aura 15 ans, nous avons (très justement) pensé qu’entreprendre un tel voyage à l’âge de 2 ans, c’était trop fatigant. Après coup, nous n’avons pas regretté car New York, c’est du sport ! Mais commençons par le début…
  • Destination : New York – Manhattan
  • Objectif : voir le maximum d’endroits cultes en 6 jours et demi
  • Acteurs : SuperMum, the Dad et les 2 grandes.
  • Monnaie : dollars – cours au 30/04/2016 : 1 € = 1,14485 USD
  • Langue : Anglais mais moi j’ai parlé espagnol partout, je suis une rebelle !
  • Population de Manhattan : dans l’ensemble extrêmement gentille et serviable ! Même qu’en bon français suspicieux que nous sommes cela peut paraître louche ! Et non, le monsieur ou la madame qui vient te voir quand tu tiens ton plan à l’envers, il veut pas te racketter, juste te renseigner… et le comble c’est  gratuit ! (prends en de la graine gentil français que tu es avec les touristes !)
  • Moyen de transport : Métro (et manchots comme nous sommes on s’est jamais perdus) et nos pieds (voir Nike Town plus bas)
  • Budget tout compris de A à Z calculé après notre retour : 7000 €
ALLEZ GO !
Ce moment when you start pensez en deux langues at the same temps
Partir visiter New York demande un minimum d’organisation. Posez vous la question : si j’allais un jour à New York, qu’est ce que je voudrais voir ? ben je te le mets dans le mille : la Statue de la Liberté, la 5ème avenue, le pont de Brooklyn, Brooklyn, la messe à Harlem, Central Park, Broadway, l’Empire State, le mémorial de 11 septembre, manger un vrai hamburger américain, une pizza, bruncher et plus si affinités…bref, tu as tout compris, New York, ça ne s’improvise pas : Il faut ORGANISER, sinon  : on perd du temps ! et on ne voit pas le quart de ce que l’on a prévu ! Ce serait dommage ! Voici quelques conseils (non officiels et valables à la date du 30 avril 2016) qui vous aideront à organiser votre voyage.

 1 – L’AVION :

Lire la suite

J’AI PEUR DE PRENDRE L’AVION !!!

Voilà la nouvelle page du blog ! La page voyage.

Elle n’aurait dû…n’aurait pu… n’a failli jamais voir le jour…

J’AI PEUR DE PRENDRE L’AVION !

IMG_3423

Une peur insidieuse, profonde, tenace, irraisonnée et surtout irraisonnable.

Ayant privilégié notre jeune famille et nos carrières pendant des années, nous avons commencé à voyager « tard ». Amoureux depuis l’adolescence, le Dad et moi nous sommes mariés à 22 ans, étions parents à 23 et faisions construire notre maison à 25. En l’an 2000, c’était encore la belle époque, les terrains n’étaient pas chers, les opportunités étaient plus fréquentes qu’aujourd’hui. Entre payer un loyer ou un crédit, le choix a été vite fait. A l’âge où nos potes faisaient la fête, nous construisions déjà notre vie de famille. 

Mais maintenant, assez déconné ! On a tout bien fait, bien pouponné, bien travaillé, maintenant, on peut en profiter !

Depuis toute petite, je rêve de plage de sable blanc et de lagon. Mes parents m’ont transmis leur amour des voyages, mais avec un gros handicap : je ne veux pas prendre l’avion !  Quand notre grande a eu 5 ans, je suis tombée enceinte de bébé N°2, nous nous sommes offerts notre premier voyage, en Egypte, au bord de la mer rouge. C’est là que j’ai découvert, que la peur que j’avais depuis toute petite, s’était transformée en phobie. Peut-être le fait d’être mère, de laisser la grande pour la première fois pendant 8 jours… Peut-être le fait d’être enceinte de 4 mois. Je ne sais pas. Je rêvais de voyage depuis toujours, et, là, 1 mois avant le départ le cauchemar a commencé.

Crises de panique, insomnies, cauchemars, nausées, nœuds au ventre.

Bienvenue dans le club des phobiques de l’avion !

Je vais vous la faire courte, ce voyage a été horrible ! Je ne le raconterai même pas dans le blog. Mais je n’ai jamais renoncé à mes rêves et j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes : Olé !

Un jour, il faut prendre une décision et se poser les bonnes questions :

1 – Est-ce que vous rêvez devant les émissions de voyage ?

2- Est-ce que, quand vous êtes connectés sur facebook, sur insta ou autres, vous bavez devant les photos que postent allègrement tous les boulets qui nous bassinent avec leurs photos de vacances prises aux 4 coins du monde ?

3- Est-ce que vous voulez aller constater par vous même, si les pizzas sont meilleures en Italie, si la statue de la liberté est so sexy ou si les écossais ont vraiment les roubignolles à l’air sous leur kilt ?

4- Est ce que vous voulez vivre votre vie sans avoir de regrets ?

Si vous avez répondu oui à une seule question, continuez à lire, cet article est pour vous.

J’ai décidé de faire le voyage de mes rêves, de ne pas laisser la peur me gâcher ce plaisir et d’en faire subir les conséquences à mon chéri.

Destination Bali : minimum 17 heures de vols selon les compagnies. Quand j’ai réservé les billets sur internet, mon cœur battait à 20 000 à l’heure.  J’allais réaliser un de mes rêves, et pourtant, impossible d’être pleinement heureuse. Il allait falloir que je me soigne et vite. J’avais 5 mois pour trouver une solution !

DSC_0480

Rizière de Bali ©plumes et scoubidous

 

J’ai fait du mieux que j’ai pu, à ma manière, mais je me suis forcée et je ne le regrette pas.

Alors voici mes quelques conseils suggestions pour vaincre votre peur de l’avion :

  • Tout d’abord, investir dans de bonne lecture.  J’ai donc acheté le livre « comment ne plus avoir peur en avion »  de Marie-Claude Dentan : Air France propose depuis plusieurs années des stages pour aider les « avionophobes » à surmonter leurs craintes. Cet ouvrage reprend les thèmes abordés lors de ces formations. Il contient à la fois des informations sur les mécanismes du stress et de l’anxiété (et les façons d’y faire face), des données « scientifiques » sur les principes de l’aéronautique, le déroulement d’un vol et des réponses aux questions que l’on se pose le plus souvent. Ce livre m’a beaucoup aidé, je l’ai lu plusieurs fois, j’ai essayé de décrypter la source de ma peur et de l’analyser. Je peux vous assurer que si vous comprenez ce qui vous fait peur et que si vous trouvez des réponses adaptées, vous aurez fait un grand pas dans la gestion de votre stress.
  • Choisir un mode de voyage qui vous correspond : Etre complètement assisté par une agence de voyage ou tout contrôler vous même. Cela peut sembler paradoxal mais moi j’ai préféré tout contrôler et surtout j’ai voulu CHOISIR MA COMPAGNIE AERIENNE. Ça vaut ce que ça vaut, mais j’ai trouvé un site, What the flight qui donne pleins d’infos sur les compagnies aériennes avec notamment un classement des compagnies, des avis de voyageurs… Pour Bali, j’ai choisi la compagnie Eva Air dont je n’avais jamais entendu parler mais qui était très bien classée. Et je ne l’ai pas regrettée (je ferais un article sur notre trip balinais prochainement). On n’est pas maître de son destin, mais le fait de choisir une compagnie qui par l’avis de milliers de voyageurs vous inspire confiance est rassurant. 
  • Bon, je ne vais pas vous mentir, je suis allée voir ma généraliste et je lui ai expliqué ma situation. Elle a été compréhensive, elle a accepté de me prescrire des petites pilules destinées à calmer mon angoisse. Vu que je ne prends jamais de médocs et encore moins de trucs qui calment, je ne vous cache pas que je flippais un peu du résultat. J’avais peur de ne plus être moi même, d’être complètement shootée. Ben non, nickel Messieurs Dames, le Seresta c’est extra et à effet immédiat. Une pilule la veille, une pilule au moment du départ et hop là, bienvenue chez oui-oui ! Non, j’exagère un tantinet, on est beaucoup plus détendu mais complètement présent :-). Ça m’a bien aidé !
  • Votre peur : Parlez en ! Pas à tata Gertrude qui a peur bien évidemment. Voyez si dans votre entourage vous avez des personnes qui aiment bien prendre l’avion. Expliquez lui votre appréhension et demandez lui des conseils. Bien sur, il faut éviter le gros relou qui vous raconte ses atterrissages en cacahuète et au frein à main. Mais, si vous avez sous la main, quelqu’un de posé et de compréhensif, entendre son témoignage positif vous rassurera. Moi j’ai enquiquiné mon papa pendant 5 mois, heureux voyageur qui dort comme un bébé en plein vol et qui n’a jamais eu peur.
  • Contrôler tous vos papiers d’embarquement, pièces d’identités la veille du départ. Mettez les dans un endroit avec interdiction à quiconque d’y toucher.
  • Prévoyez un timing large à l’aéroport de manière à ne pas être paniqué par le facteur temps. Les aéroports sont souvent grands. Arrivez à l’avance, faites votre repérage, balader vous dans les boutiques. Bref ne vous rajoutez pas de facteurs de stress supplémentaires.
  • En vol, tout est fait pour vous occuper l’esprit, repas, films, distribution de boisson… vous n’avez pas soif, pas faim, c’est pas grave ! buvez, mangez, faites vous des films. Tout ce qui peut vous occuper l’esprit ne serait ce que 5 minutes est bon à prendre. Amenez vous un bon bouquin, pas un truc chiant où il faut réfléchir. De la lecture facile, fluide, un livre que vous êtes quasiment sur d’apprécier. Bref, occupez vous l’esprit et respirez !
  •  Inspirez et expirez lentement en cherchant à détendre vos muscles, car plus  vous crisperez vos muscles, plus vous crisperez votre mental, et la peur, c’est dans la tête.
  • Ne négligez pas l’aide du personnel navigant. Si la barrière de la langue n’est pas un obstacle, essayer d’en parler à l’hôtesse ou au steward, expliquez lui votre mal être . Bien souvent, ils trouveront les mots pour vous rassurer. Ces personnes passent leur vie dans des avions. Avez vous l’impression qu’ils risquent leurs vies ? Observez les, regardez les papoter, rire, se comporter comme si la situation était parfaitement normale. Cela vous rassurera.

Et n’oubliez pas une chose, répétez-vous là comme un mantra, l’avion est toujours, et, de plus en plus, le moyen de locomotion le plus sur. Depuis 1970, le trafic aérien mondial a été multiplié par dix, passant de 300 millions à plus de 3 milliards de passagers transportés par an. La probabilité pour chaque passager de mourir au cours d’un trajet en avion est passée d’un sur 138 000 en 1970 à un sur 2 349 000 en 2014. Vous prenez bien plus de risques en montant chaque jour dans votre voiture (source article du monde) ou en grignotant des cacahuètes en vous tapant votre mojito (source de moi).

Je ne vous cache pas que toutes ces mesures n’ont pas fait de mon voyage le moment le plus fun de mon existence, mais elles m’ont beaucoup aidées. C’est pour cette raison que j’ai voulu faire le premier article de la rubrique voyage sur ce thème, certes un peu long, mais si jamais il permet d’aider ne serait ce qu’une seule personne, j’en serais ravi.

Maintenant, je fais officiellement parti du club des boulets qui inondent les réseaux sociaux de mes pieds en éventail parfaitement manucurés sur les plus belles plages du monde ! Ma phobie a disparu, je ne suis pas zen à 100%, mais prendre l’avion ne sera plus jamais un frein pour moi et je peux vous assurer qu’elle ne doit pas être un frein pour vous car comme le disait ce brave Henry de Monfreid «N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît»

Aujourd’hui je peux vous assurer que plus je voyage, moins j’ai peur !

©plumes et scoubidous©plumes et scoubidous